CFP:Constructions of the Exotic in Europe and North America / Appel à contribution : Fabrique l’exotique

CALL FOR PAPERS: Constructions of the Exotic in Europe and North America,
18th-21st Centuries

Material Culture Review solicits articles for a special issue on the theme of constructing the exotic. We are looking for articles that examine the question of how a person, an object or a work of art comes to be seen as exotic. How is “foreignness” constructed? How is one culture appropriated and domesticated by another?

The goal here is not to show the constructed nature of the concept of the exotic. Rather, papers should emphasize the processes by which something is made exotic, including the stories that surround an object, the ways in which an object is exhibited, and how the representation of an object affects whether or not it is perceived as foreign. We invite papers that examine exoticization and domestication in relation to territory and place, agency and identity – papers that examine not only what is exoticized but also who does the exoticizing and how they do it. We are particularly interested in analyses of the exotic in Europe and North America that are grounded in social and political contexts.

Proposed Research Topics

1. Representation
The first topic has to do with representations that blur the border between  ocumentation and fiction, realism and exoticism. How do certain items construct certain identities? For example, how do Indian clothing, Chinese dishes and tobacco accessories contribute to the identity of those who wear or use them? How are these objects used in the art world, in the theatre, or in people’s homes? How do 18th-century engravings used to illustrate stories of voyages, as well as more “scientific” representations (photographs, museums, etc.) produced at the beginning of the 19th century, construct the exotic? Papers on this topic will look at what actually makes something appear exotic, what increases or decreases the “foreign” quality in the eyes of the maker and consumer.

2. Display
The second topic pays attention to the material culture, words and gestures surrounding objects – to displays that make them look exotic or – on the contrary – domestic. Here, it is important to examine how the objects are displayed in their place of purchase, in people’s homes and in museums. How are they exhibited? What physical context (furniture, frames, light) is used to present them? What words are used to describe them? Do these things qualify the objects as exotic or, rather, do they underemphasize their “foreign” quality?

3. Materiality
Once the things are acquired, how are they repaired, reformed or recomposed? What kind of material transformations do these imported, re-territorialized objects undergo? It may be through a process of hybridization with other artifacts, or through a process of integration: a fragment inserted into a piece of furniture can alter the entire object. Exoticism is reinforced, for example, in the bronze or silver rings on an Asian vase. We encourage papers that study the processes of fragmentation or expansion, and the use of specific materials (precious and tropical wood, stone, metal, etc.) in the creation of “exotic” objects.

Articles should be 20-30 double-spaced pages, including endnotes. In
addition, we encourage the submission of:

*       research reports (10-20 pages, including endnotes);
*       exhibition reviews (10-15 pages, including endnotes);
*       research notes (5-10 pages);
*       book reviews (notes and comments less than 5 pages)

on this theme.

Please submit manuscripts by December 15, 2013 to Noémie Etienne at ne477@nyu.edu.

APPEL À CONTRIBUTION : Fabriquer l’exotique (Europe – Amérique du Nord, 18e-21e siècles)

La Revue de la culture matérielle sollicite des articles pour un numéro spécial sur la construction de l’exotisme. Comment rendre exotique une personne, un objet, un produit, une œuvre d’art ? Comment construire l’étrangeté – ou à l’inverse s’approprier ou domestiquer une chose venue d’ ailleurs ?

Poser la question de ce qui est exotique ou non – même pour démontrer le caractère construit de cette catégorie, sachant que l’exotisme est toujours relatif à une norme implicite – n’est pas la voie privilégiée ici. Nous mettrons en revanche l’accent sur les processus destinés à « faire exotique » : sur les modes de représentation et d’exposition qui créent un effet de distance ou de proximité ; sur les récits qui entourent une personne ou un objet ; sur les constructions qui donnent à voir et permettent de montrer. En outre, nous proposons de penser  l’ « exoticisation » et la « domestification » par rapport à un territoire : non pas seulement celui qui est exotisé, mais, plus aussi celui qui exotise. Dans cette perspective, nous nous intéresserons particulièrement à la (dé)construction de l’exotique
en Europe et en Amérique du Nord, en portant notre regard sur des représentations et des pratiques restituées dans leurs contextes sociaux et politiques.

Axes de recherche proposés

1.      Représentations
Ce premier axe porte sur les représentations qui effrangent la frontière entre documentation et fiction, réalisme et exotisme. L’emploi de certains accessoires construit des identités. Comment les robes indiennes, la vaisselle chinoise ou la culture matérielle liée au tabac travaillent-elles l’identité de ceux qui les exhibent ? Comment celles-ci sont-elles mobilisées et utilisées : dans les mondes de l’art, au théâtre ou encore dans les intérieurs ? Quel est leur pouvoir d’agence ? Enfin, les gravures réalisées dès le 18e siècle pour illustrer les récits de voyage ainsi que les représentations dites scientifiques (photographie, vitrines de musée), produites notamment en anthropologie et en ethnographie à partir du 19e siècle, retiendront notre attention. Il s’agira ici d’étudier ce qui « fait exotique », accroît ou diminue l’étrangeté aux yeux des acteurs impliqués.

2.      Dispositifs
Le deuxième axe met l’accent sur les dispositifs, les mots et les gestes qui entourent certaines choses pour les rendre « exotiques » ou au contraire les domestiquer, que ce soit dans la boutique du marchand, les intérieurs des particuliers ou encore au musée. L’étude des manières de montrer est donc encouragée. Comment ces objets sont-ils présentés? Quels sont les moyens matériels (meubles, cadres, lumière) ou les motifs privilégiés pour les donner à voir et les inventer, mais aussi le vocabulaire utilisé pour les décrire ? Ceux-ci qualifient-ils ces choses comme « exotiques » ou, au contraire, diminuent-ils leur « sauvagerie » ? Enfin, les différents modes d’existence d’une même chose suivant les contextes (est-ce un objet ou un sujet ? est-ce vivant ou mort ?) retiendront notre attention.
3.     Matérialité
Finalement, comment certains objets sont-ils réparés ou refaçonnés ? Réunis ou recomposés ? D’une part, on étudiera les transformations matérielles encourues par les artefacts importés et reterritorialisés. D’autre part, on pourra s’intéresser à la manière dont certains produits occidentaux sont rendus exotiques – parfois par un processus d’hybridation avec d’autres artefacts. L’exoticisation peut fonctionner par induction : un fragment inséré dans une pièce de mobilier peut transformer l’objet. À l’inverse, l’exotisme est souligné mais aussi maîtrisé, par exemple, lorsque des montures de bronze ou d’argent entourent un vase provenant d’Asie. On étudiera ainsi les processus de fragmentation, d’agrandissement, d’enchâssement ou encore l’utilisation de matériaux spécifiques (bois précieux, tropicaux, pierre, métaux, etc.) dans la création d’un corpus « exotique ».

La date limite pour la soumission des articles est le 15 décembre 2013.
Sont attendus des articles de 20 à 30 pages à double interligne, y compris les notes de fin. Sont aussi attendus :

* des rapports de recherche (de 10 à 20 pages, y compris les notes de fin)
* comptes rendus d’expositions (de 10 à 15 pages, y compris les notes de
fin)
* notes de recherche (de 5 à 10 pages)
* comptes rendus d’ouvrages (notes et commentaires ne doivent pas dépasser 5 pages)

Les texte sont à envoyer avant le 15 décembre 2013 à Noémie Etienne à : ne477@nyu.edu

Laura Bast
Material Culture Review
Revue de la culture matérielle
Cape Breton University
PO Box 5300, 1250 Grand Lake Road
Sydney, Nova Scotia, B1P 6L2
Telephone 902.563.1990
Fax 902.563.1910
<mailto:mcr_rcm@cbu.ca> mcr_rcm@cbu.ca
<http://culture.cbu.ca/mcr/http://culture.cbu.ca/mcr/

Post a comment or leave a trackback: Trackback URL.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: