Séminaire international au Cfpci : Enseigner le patrimoine culturel immatériel?

ENSEIGNER LE PATRIMOINE CULTUREL IMMATERIEL ? LE « PCI » DANS LES FORMATIONS UNIVERSITAIRES EN EUROPE

Séminaire international organisé par le Centre français du patrimoine culturel immatériel

 

Avec le soutien et la participation de la Direction générale des patrimoines

Département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique

Ministère de la Culture et de la Communication 

 

Vitré – 5 et 6 septembre 2013

 

pdf du programme : Séminaire Enseigner le PCI_Vitré 2013

 

Les différentes disciplines relevant du champ du patrimoine culturel immatériel, tel que défini par la Convention adoptée par l’UNESCO en 2003, sont enseignées depuis longtemps dans les Universités européennes (ethnologie, ethnomusicologie…). Certaines de ces formations, par leur dimension pratique, s’intéressent en outre directement à la « sauvegarde » – qui désigne selon la Convention l’ensemble des mesures visant à assurer la viabilité effective des pratiques et des expressions (identification, étude, documentation, transmission, valorisation…).

Plus récemment, le patrimoine culturel immatériel a émergé en tant que tel au sein de cursus en histoire, en ethnologie ou en arts, soit sous la forme de modules dédiés dans le cadre de formations classiques consacrées au patrimoine jusqu’ici conçu comme matériel, soit sous la forme de nouveaux masters explicitement fléchés « PCI ». Cette évolution témoigne, en même temps qu’elle y participe, de l’effervescence qui accompagne la ratification de plus en plus large de la Convention en Europe : mise en œuvre d’inventaires nationaux et de candidatures pour les Listes de l’UNESCO lui assurant une visibilité de plus en plus importante ; intérêt croissant des collectivités ; multiplication des projets de valorisation à des échelles diverses…

Si l’on ne peut que se réjouir de ces évolutions et de la prise en compte des spécificités du PCI dans les formations aux métiers du patrimoine, ces initiatives méritent toutefois d’ouvrir la réflexion. Quel est le contenu des enseignements : approche critique des nouveaux champs et modes de patrimonialisation ouverts par la Convention, modalités spécifiques d’inventaire ou de médiation des patrimoines vivants, usage des nouveaux médias et technologies pour la sauvegarde et la valorisation ? Quelle est la corrélation entre les compétences développées d’une part, les besoins qui émergent et seront vraisemblablement amenés à évoluer d’autre part ?

Cette mise en perspective permettra de comparer la manière dont le PCI est pris en compte ou non dans les formations universitaires en Europe et ailleurs, en fonction des systèmes éducatifs, de l’appréhension différente de la notion de patrimoine culturel immatériel et des politiques mises en œuvre dans les pays ayant ratifié la Convention. Dans le cadre de ce deuxième séminaire européen du CFPCI, les formations professionnalisantes ayant une dimension européenne seront privilégiées.

PARTICIPANTS :

Nicolas Adell, maître de conférences, responsable du master européen « Patrimoine culturel immatériel », Université de Toulouse II-Le Mirail

Noriko Aikawa, ancienne directrice de l’Unité du patrimoine culturel de l’UNESCO et professeur invité à l’Institut National des Etudes Politiques de Tokyo (Japon) 

Egil Bakka, Professor and Chair of Programme for dance studies, Academic coordinator of the Erasmus master « Choreomundus », Norwegian University for Science and Technology (Trondheim, Norvège)

Chiara Bortolotto, chercheur associé à l’Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (CNRS/EHESS) 

Marion Boudon-Machuel, maître de conférences, coordinatrice du master « Patrimoine Culturel Immatériel », Université François Rabelais de Tours (Centre d’Études Supérieures de la Renaissance)

Séverine Cachat, directrice du Centre français du patrimoine culturel immatériel 

Martine Cocaud, maître de conférences, coordinatrice du master « Médiation du patrimoine en Europe », Université de Rennes II

Aditya Eggert, chercheur associé, membre du groupe de recherche sur la propriété culturelle, Université de Göttingen (Allemagne) 

David Fiala, maître de conférences, coordinateur du master « Patrimoine culturel immatériel », Université François Rabelais de Tours (Centre d’Études Supérieures de la Renaissance)

Sylvie Grenet, chargée de mission pour le patrimoine immatériel, Département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique, Direction générale des patrimoines, ministère de la Culture 

Patricia Heiniger-Casteret, maître de conférences, coordinatrice du master « Cultures et sociétés », Université de Pau et des Pays de l’Adour

Christian Hottin, conservateur du patrimoine, adjoint au chef du Département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique, Direction générale des patrimoines, ministère de la Culture 

Françoise Lempereur, maître de conférences, titulaire des cours de patrimoine immatériel à l’Université de Liège (Belgique)

Luís Marques (à confirmer), professeur, coordinateur du master « Património cultural imaterial »,  Universidade Lusófona de Humanidades e Tecnologias (Lisbonne, Portugal)

Anita Vaivade, maître de conférence, Académie de la Culture de Lettonie (Riga, Lettonie)

Georgiana Wierre-Gore, Professeur, Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand

 

PROGRAMME PROVISOIRE :

Jeudi 5 septembre

9h Accueil

9h15 Introductions : Séverine Cachat, directrice du CFPCI, et Christian Hottin, adjoint au chef du Département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique, Direction générale des patrimoines du ministère de la Culture

9h45 Martine Cocaud, maître de conférences, coordinatrice du master « Médiation du patrimoine en Europe », Université de Rennes 2 (en partenariat avec le master « Patrimoine » de l’Université de Paderborn, Allemagne)

10h30 Aditya Eggert, chercheur associé, membre du groupe de recherche sur la propriété culturelle, Université de Göttingen (Allemagne)

11h15 Nicolas Adell, maître de conférences, responsable du master européen « Patrimoine culturel immatériel », Université de Toulouse II (en partenariat avec les Universités de Montpellier III et de Barcelone)

12h Luís Marques (à confirmer), professeur, coordinateur du master « Património cultural imaterial », Universidade Lusófona de Humanidades e Tecnologias (Lisbonne, Portugal)

14h30 Marion Boudon-Machuel et David Fiala, maîtres de conférences, coordinateurs du master « Patrimoine Culturel Immatériel », Université François Rabelais de Tours (Centre d’Études Supérieures de la Renaissance)

15h15 Françoise Lempereur, maître de conférences, titulaire des cours de patrimoine immatériel à l’Université de Liège (Belgique)

16h Egil Bakka, Professor and Chair of Programme for dance studies,  Norwegian University for Science and Technology (Trondheim, Norvège) etGeorgiana Wierre-Gore, Professeur, Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, master Erasmus « Choreomundus »

17h Anita Vaivade, maître de conférence, Académie de la Culture de Lettonie (Riga, Lettonie)

17h45 Discussion

 

Vendredi 6 septembre

9h-11h30 table-ronde Europe, Asie et Amériques, animée par Christian Hottin et Séverine Cachat, avec la participation de :

Sylvie Grenet, chargée de mission pour le patrimoine immatériel, Département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique, Direction générale des patrimoines, et Patricia Heiniger-Casteret, maître de conférences, coordinatrice du master « Cultures et sociétés », Université de Pau et des Pays de l’Adour : projets de recherche et d’enseignement en partenariat avec le ministère français de la Culture, l’Université Laval à Québec et l’Université d’Etat d’Haïti

Nicolas Adell-Gombert : expériences au Brésil (Université fédérale de Rio Grande do Norte et Université fédérale du Pernambouc/Museu do Homem do Nordeste)

Noriko Aikawa, ancienne directrice de l’Unité du patrimoine culturel de l’UNESCO et professeur invité à l’Institut National des Etudes Politiques de Tokyo (Japon) : quelques éléments de réflexion concernant l’enseignement sur le PCI au Japon et en Asie

11h30-12h Chiara Bortolotto, chercheur associé à l’Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (CNRS/EHESS) : présentation du programme de « renforcement  des capacités » de l’UNESCO et conclusions

Post a comment or leave a trackback: Trackback URL.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: